Leaving BC.

J’écris ce dernier billet dans l’avion (c’est pas mal poétique je trouve). Ces derniers jours ont été incroyables…

Nous sommes restés 2 jours à Vancouver. Nous avons passé une journée (et les soirées évidemment haha) dans le downtown et l’autre à visiter Stanley Park. C’était étrange de ne pas voir de neige et de passer soudainement au vrai printemps. Après ces deux jours, je dois avouer que j’aime définitivement mieux cette ville que Montréal. Ne me traitez pas de traitre! Je ne fais que donner mon avis 😉

Ensuite, nous nous sommes dirigés vers Whistler. Je dois absolument faire mention de la route entre cette dernière ville et Vancouver: magnifique. Environ la moitié de l’autoroute longe le bord de l’océan, alors d’un côté un peu voir l’eau et de l’autre, les montagnes.

Oui, oui, Whistler est une belle montagne, mais loin de Revy (à mon avis) – rimes pauvres. On se sentait à Saint-Sauveur/Tremblant; il y avait une tonne de gens, des annonces partout et une emphase sur l’aspect touristique. Nous avons ridé le snowpark durant la majorité de la journée (j’étais pas mal raqué!!).

À mon départ, mes parents m’avaient dit: «Ce ne sera pas comme la première fois (en faisant référence à l’hiver 2010)». Il se trouve qu’ils avaient raison, cet hiver a été encore plus palpitant. Voici un résumé très rapide ce dernier:

Je suis parti le 10 janvier 2012 pour rester un mois complet à l’auberge de jeunesse (en tentant désespérément de trouver une chambre où vivre durant le reste de l’hiver). Étrangement, j’ai eu l’une de mes meilleures journées de backcountry durant mon premier weekend à Revy (dans le temps où ma caméra fonctionnait).

Durant le même mois, j’ai réussi à mettre la main sur un splitboard à un prix ridicule. Ceci m’a permis de faire une excursion plus que mémorable à Rogers Pass et plusieurs autres journées de touring avec Will et Alix.

Au début du mois de février, je m’étais inscrit à une compétition de rails à Revy et j’ai rencontré deux snowbum québécois (Will et Bobby) qui sont rapidement devenus de très bons amis. Malgré la distance, Alix venait souvent faire son tour à Revy question de satisfaire sa soif de poudreuse – même si on ne se voit pas souvent, on est toujours content de rider/partyer ensemble!

Ho, j’oubliais, mon père est venu faire son tour à la fin mars! Nous avons fait du touring dans le Kokanee Bowl et nous avons shreddé de la pow dans les monashees lors d’une journée de Cat-Ski. Un weekend que je n’oublierais pas de si tôt!

Évidemment, l’hiver c’est terminé par notre petit voyage à Vancouver/Whistler.

Finalement, neigement parlant, cet hiver a été bien meilleure que celui de 2010 (Revy à reçu plus de 12 pieds de pow). J’ai été dans des endroits que je n’avais encore jamais exploré (Fingers, Rogers Pass, etc…) et où je n’aurais jamais cru mettre les pieds – pour rester dans la même veine, j’ai aussi eu droit à une bonne dose de sensations fortes! Malgré mes 82 jours d’epicness sur la montagne, l’hiver semble avoir passé à un rythme d’enfer!

Je vous laisse sur ma chanson fétiche de l’hiver 2012 (Holocene par Bon Iver) et quelques photos ;

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’espère que vous avez eu autant de fun à me lire que j’en ai eu à écrire! Merci!!!

M-A, snowbum.

Epic day is epic

Awesome day.

On est le 8 avril (déjà) et le mont Revelstoke fermait aujourd’hui. Pour une des rares fois, le soleil était au rendez-vous – on ne pouvait demander plus pour le closing day! Alix et deux de ses amis étaient venu pour l’occasion – on a eu beaucoup de fun, même s’il n’y avait pas de poudreuse; Les gens étaient encore plus friendly qu’en temps normal et l’ambiance était plus festive que jamais –  il était difficile de ne pas avoir un sourire accroché au visage! Une méchante belle journée!!

À la fin de la journée (vers 4 heures), on était plus d’une soixantaine rassemblé au sommet de la montagne en sachant très bien qu’il s’agissait de notre dernière descente. Je pensais que tout le monde descendrait en même temps lorsque les patrouilleurs nous montreraient la sortie. Finalement, un groupe de 10 personnes a formé une genre de chaîne humaine et tout le monde c’est joint à cette dernière…je ne sais pas trop comment l’expliquer, mais j’ai mis un vidéo plus bas. Je pense avoir ri durant 30 minutes consécutives – vous allez le voir rapidement sur le vidéo haha.

Pour la soirée, on (Bobby, Will et moi) s’est dirigé vers Nakusp (30 minutes passé la ville de Revelstoke) pour faire un feu sur la rive de la Columbia river. Pendant qu’on s’organisait pour faire le feu, on a entendu un rugissement de cougar dans le bois – Rarrrrrr.  Le genre de bruit qui te donne froid dans le dos – vous aurez jamais cru à quelle vitesse on a parti le feu!! Une super soirée avec un paysage à couper le souffle (voir photo)!

Qu’est-ce qui ce passe maintenant me demanderez-vous? Bobby, Will et moi partons pour Vancouver mercredi matin. Nous allons y passer deux jours et nous nous dirigerons vers Whistler pour deux autres journées par la suite. Bobby a réussi à avoir un deal de la mort pour les hôtels, car il travaille au Hillcrest Hotel qui appartient à la chaîne Coast. So, on va avoir une suite – ça va être pas mal baller.

J’ai acheté mon billet d’avion pour dimanche prochain.

Voilà mon extrait du final lap. J’ai filmé avec mon iPhone parce que ma caméra est morte.

Catskiing and stuff.

Heureux de voir mon papa!

Désolé encore du retard, j’ai été beaucoup occupé (à rider de la poudreuse) cette semaine! Le mont ferme dans exactement 8 jours et il annonce entre 5 – 10 centimètres chaque jour au minimum – c’est certain, on est triste, mais d’un autre côté, on va avoir un sick dernière semaine!

Mon père est venu me visiter durant la fin de semaine dernière. Il est resté trois jours au total; pas très long vous me direz, mais on a eu beaucoup de plaisir.

La première journée (samedi), nous sommes allez faire du splitboard dans le Kokanee bowl. Sincèrement, je n’étais pas certain qu’il se rendrait jusqu’en haut, car c’est très difficile physiquement. On monte durant 3 heures en faisant des zigzags, en glissant et en contournant des obstacles. En plus de tout ça, il faut tenir compte l’oxygène qui se fait plus rare en altitude. Pour les sceptiques d’entre vous, il a réussi like a boss.

La deuxième journée, nous sommes allez aux des natural hot springs de Halcyon. Mes jambes étaient pas mal heureuses.

La troisième journée, nous sommes allez en cat-skiing avec la compagnie K3 qui nous amène dans le coin de Sicamous (une trentaine de minutes passées Revy dans la direction de Vancouver). Vu le manque de nouvelle neige durant la semaine, les guides avaient de la difficulté à trouver des pistes avec de la poudreuse fraîche, donc ils nous ont amené dans des endroits plus reculés. Par exemple, une des pistes commençait par une chute de 50 degrés (évidemment la moitié du groupe ne l’a pas fait).

J’ai possiblement un plan après la fermeture du mont, mais rien n’est certain pour l’instant. Je vous en dis plus au cours des prochains jours…!

La puissance d’une avalanche

Size 4

Je voulais partager cette photo avant/après une avalanche de classe 4 (sur une échelle de 5). La photo a été prise dans les Slekirk Mountains il y a une semaine. Avant celle-ci, il y avait 40 ans qu’une avalanche de cette taille ne s’était produite dans cette région. Comme vous l’imaginez, les chances de survivre à ce genre d’avalanche sont presque nulles.

On doit être très prudent cette semaine parce que la température s’est réchauffée et le soleil rend la neige plus lourde sur certaines pentes. Avalanche.ca nous répète souvent d’être extra-careful lorsque le soleil se montre le bout du nez; les gens ont un niveau de confiance plus élevée, leur mood est différent et ils vont être portés à prendre des décisions plus risquées. En terrain avalancheux, le soleil est rusé/trompeur – il donne l’impression que la pente est stable, alors que c’est complètement le contraire.

Mon père est arrivé avant-hier et on a booké une journée de cat-ski pour lundi!!! #powderrrrr

Blitz de nouvelles

Some fresh

Allo people!!! Je m’appelle Marc-Antoine, j’ai 21 ans, j’étudie à l’UQAM…(pour ceux qui m’avaient oublié après 2 semaines sans signe de vie sur le blogue).

Désolé de mon manque de rigueur, je suis pas mal occupé à rider de la poudreuse et à entretenir mon autre blogue. Je vais faire du mieux que je peux d’ici la fin de la saison, promis!

Hmmm, mon dernier billet date du 5 mars – qu’est-ce qui c’est passé depuis le 5 mars me demanderez-vous? De la neige. Une quantité monstrueuse de neige. À tous les jours. On reçoit une à deux dompes de 40-50 centimètres par semaine et, entre ça, un minimum de 10 centimètres chaque jour. Ça va bientôt faire 3 semaines que je n’ai pas vu le soleil durant plus de 60 minutes consécutives. True story.

J’ai entendu entre les branches qu’il faisait chaud au Québec. C’est totalement le contraire ici – on atteint encore -20 degrés Celsius durant la nuit! La moitié des précipitations tombent encore en neige dans la ville (toujours en neige au sommet de la montagne par contre!) et le gazon devant les maisons est couvert d’environ six pieds de neige – on est loin du printemps!

La fameuse date que tout le monde parle; La montagne ferme le 8 avril. Mine de rien, le 8 avril, c’est dans seulement 22 jours. La ville s’est déjà vidée…je dirais que la moitié des skibums sont parties. J’ai fait ce calcul en utilisant une approche très scientifique et précise: en estimant le nombre de personnes qui vont au Reagant le mardi soir quand la bière est 2$. Pour les skibums, la bière à 2$ est ce que le McDonald’s est aux mouettes. Genre.

Changement de sujet, ça fait 2 semaines et demie (donc depuis qu’il a commencé à neiger) que le risque d’avalanche est à High. C’est pas vraiment grave, il a encore tellement de neige à l’intérieur des limites skiables. Un peu à l’ouest d’ici, dans une région qui se nomme Sea To Sky (près de Whistler), le danger est monté à Extreme dû à des weak layers : « Avoid all avalanche terrain« . Selon ce que j’ai entendu, c’est excessivement rare.

C’était mon blitz de nouvelles du matin. La poudreuse m’attend – Bonne journée!!

Revelstuck et Revelstocked

One does not simply fall off a cliff...

Pour ceux qui ne l’auraient pas vu sur Facebook, voici la photo de moi au pied du cliff dont j’ai tombé il y a deux ans (pour vous donner une idée des proportions). Je suis tombé du plus haut point de la roche et j’ai atterri où je me trouve. Quand même bad ass je trouve…

La fin de semaine a été incroyable. Mon dieu. On a reçu 40-50 centimètres vendredi soir et une vingtaine samedi soir. Bien évidemment, il a continué à neiger dumper durant la journée de samedi. La meilleure nouvelle dans tout ça? Les routes pour se rendre à Revelstoke ont été fermées pour la fin de semaine – absolument aucun moyen d’entrer ou de sortir de la ville (d’où vient l’expression « Revelstuck« )

Jusqu’à maintenant, samedi dernier a été la meilleure journée inbound de la saison; la montagne était presque vide (dû aux routes barrées) et on a reçu une immense quantité de neige hyper légère. Vous me voyez souvent utiliser l’expression « champagne powder » (qui est un peu self-explanatory)…dans le cas de samedi, ce n’était pas seulement de la champagne pow ordinaire, c’était de la champagne powder !

Le North Bowl n’a pas été ouvert de la fin de semaine à cause de la mauvaise visibilité et du vent (windloading). Au total, avec le vent et la nouvelle neige, il doit y avoir 80-90 centimètres de neige à l’intérieur…..je me prépare psycho pour une descente plus que mémorable!

Night!

Round 2.

Notre line!

C’était inévitable, je devais retourner faire Brown Short. La chute se trouvant sur le mont McKenzie n’a pas changé depuis deux ans: elle porte toujours aussi bien son nom! Ses caractérisques? elle est étroite, à pic (une cinquantaine de degrés) et contient un bonne quantité de neige…tout ce qu’on a besoin pour s’approcher du bonheur!

Les risques d’avalanche était « considerable » (pas l’idéal), mais la chute est située à l’ombre, n’est pas wind-loaded et n’a pas corniches. Ces facteurs rendaient la descente possible. Une fois rendu en haut (après une heure de hike), on a fait quelques tests et le snowpack semblait stable.

La descente était vraiment bien; de la poudreuse très légère à la hauteur des genoux et un niveau de difficulté relativement élevé. C’était une shot d’adrénaline direct dans le buffet!

Ma caméra est mourru…donc les vidéos risques d’être limités sur le blogue d’ici la fin de la saison! J’ai pris plusieurs photos pour compenser:

On the edge…

La ligne rouge montre où j'ai tombé et où j'ai attéri

Aujourd’hui était un post-powday – il restait un peu de fresh, mais il fallait chercher. Je me suis dirigé vers le Greely Bowl dans le but de retrouver le fameux cliff qui a mis fin à ma saison il y a deux ans. Pour ceux qui ne s’en rappelle pas et pour faire une long story short; je suis tombé en bas d’un cliff, flat landing, black-out, sang, commotion cérébrale, hôpital, x-ray, points de suture et, surtout, douleur.

Dans mes souvenirs, le cliff avait une quarantaine de pieds. Survivre à une chute de cette hauteur, c’est raisonnable messemble…Aujourd’hui, après m’être rendu sur les lieux, j’ai aussitôt remarqué que le cliff était beaucoup plus haut que 40 pieds. À l’oeil, il doit avoir entre 65 et 70 pieds et…je n’exagère pas du tout. Définitivement plus haut qu’une maison. Pour vous donner une idée des proportions sur la photo (j’ai oublié de mettre un objet mesurable en dessous); regardez le « petit » sapin à gauche de la ligne, il doit avoir 4-5 pieds de plus que moi.

En rétrospective, j’ai eu une chance inouï de m’en tirer avec seulement quatre points de suture. Il faut croire que j’étais pas dû!

Une tonne de neige s’en vient pour le weekend. Si les prévisions restent pareilles, nous allons avoir une tempête samedi soir et dimanche soir – back à back.